Bref, j’étais à Cannes

Je ne sais pas si vous avez tous vu l’émission Bref mais je suis devenu fan et la mode m’a piqué moi aussi.
Bref, voici le résumé de mon séjour:

Je me suis rendu à Cannes sans savoir si j’allais jouer le tournoi puisque je n’avais pas de quoi payer le Buy-in de 8500 euros.
Je suis arrivé juste avant l’ultime supersat pour tenter de me qualifier pour le Main Event. Nous étions 150 joueurs, nous avons joué 6 heures, j’ai gagné mon ticket. Chouette.
Bref, j’allais donc jouer le Main Event le lendemain. Youpi!!!!!!!

Crédit Richard Dutour

Crédit Live Poker

Jour 1B: tout se passe bien, je mise, je raise, je fold, je paie, je re-raise, je re-fold, je re-paie, bref je joue au poker.
Je passe au Day 2 après une longue journée à jouer au poker et à ne faire que ça.

Jour 2: tout se passe bien, je mise, je raise, je fold, je paie, je re-raise, je re-fold, je re-paie, bref, je rejoue au poker.
Mais le scénario a dérapé en fin de journée, j’ai pris deux bad beats et je suis rentré à l’appartement.
En bref, KK m’a tuer

Crédit Laurence Dutour

Le lendemain je tente un autre tournoi, le 1500, tout se passe bien, je mise, je raise, je fold, je paie, je re-raise, je re-fold, je re-paie, bref je joue toujours au poker.
Je passe au Day2, comme d’habitude.
Jour 2, tout se passe bien,  … jusqu’à ce que je soulève à nouveau KK. FucKK, je suis encore favori preflop, ça sent le bad beat, surtout que je suis pas loin des places payées. Bref, le bad beat à 120 blinds arrive, je perds, je rentre à l’appartement.

Crédit Lecorback

Comme j’aime perdre, je reviens le surlendemain. Je joue le 1k short handed, jour 1, tout se passe bien, je mise, je raise, je fold, je paie, je re-raise, je re-fold, je re-paie, bref je me qualifie pour le Day2, logique.
Jour 2, tout se passe bien, je vais enfin être payé à Cannes cette année. Nous ne sommes plus que 20 joueurs, un mec raise UTG, il me regarde, je le regarde, il regarde mon stack, je regarde mes cartes, il me regarde,  je le regarde et je dis ALLIN avec JJ.

Là, il me regarde, il regarde ses cartes, il regarde mon stack, je le regarde, il regarde son stack, je le regarde regarder son stack, il regarde à nouveau ses cartes et il me dit: « gamble » et montre KQ.
Bref, nous voici sur un flip.

Si je gagne ce coup je suis ITM.
Si je perds j’aurai joué 7 jours sur 7, dix heures par jour pour rien.

Bilan: RIEN.

Je rentre chez moi, je fais mes valises et je me barre de Cannes.
Bref, j’étais à Cannes.


PS: merci à R. Dutour, Live Poker et Lecorback pour les photos.

4 réponses à to “Bref, j’étais à Cannes”

Laisser un commentaire

Site officiel
Retour au site
Catégories
Commentaires récents